La perception sélective

Le cerveau humain est très performant. Comme tout composant de la nature, il recherche constamment l’équilibre. Asseyez-vous dans une pièce obscure, sans aucun bruit ou élément capable de vous distraire : votre pensée semblera plus attentive, et vous ne serez jamais à vide d’imagination. À l’inverse, si beaucoup de stimuli (informations) sont transmis simultanément, le cerveau choisit de les trier. Sur beaucoup d’aspects, nous interprétons ce flux d’informations différemment, et donc effectue un tri qui nous est propre. Ce processus est appelé la perception sélective.

Bien qu’elle nous permette d’éviter une surcharge de stimuli, ce biais psychologique nous fait perdre des informations de valeurs dans de nombreuses situations. L’exposition sélective, par exemple, en est une conséquence : nous pouvons avoir tendance à faciliter le tri en faveur de ce qui nous plaît ou nous intéresse le plus. De nombreux autres facteurs agissent dans cette petite distorsion, tels que les événements passés, le milieu social, les connaissances acquises sur certains sujets, le lieu ou encore l’état d’esprit dans lequel nous nous trouvons.

De ce fait, cette distorsion s’applique sur de nombreuses actions, qu’elles soient régulières ou singulières. La lecture en est un exemple : selon la personne ou le contexte choisi, la manière dont les informations essentielles sont retenues seront différentes. Le temps donné pour lire ce texte influencera lui aussi la mémorisation. Pour pallier ces difficultés qui peuvent être déterminantes, Enno est l’outil idéal. Votre temps de lecture est diminué, et les effets de distorsion liés à la perception sélective disparaissent. Concentrez-vous sur l’essentiel tout en gardant les détails importants.


Sources :
Cairn.info: L’exposition sélective : bilan et perspectives
L’Institut Numérique : Les différentes formes de perception